<

SADE

SADE ET DUCHAMP

Hasard des programmations et de l’appétit ; à quelques jours d’intervalles, visite des expositions Attaquer le soleil et La peinture, même.
J’assiste. Je vois. Je suis en présence.
Mise à nue
Mise à mort
Mise en pièces
Mise en mots
Mise en abîmes
Aller de Sade à Duchamp, parcours logique, chronologique, apprendre de ces deux encyclopédistes. Leurs connaissances multiples, leur intelligence à facettes, leur ubiquité comme leur don d’anticipation. Une suture avec Bataille et Bellmer, voilà une famille où il fait bon penser et voir.
Ne connaitre rien, rien que quelques écrits et croire Sade, rien que les ready made et croire Duchamp - ne rien connaitre
La vierge est déflorée, la vierge est mariée, des étapes sont traversées, le corps est ouvert découvert, par l’un et l’autre. Naturellement la salle centrale de leurs expositions est salle commune : des écorchés, voir l’intérieur pour moduler l’extérieur, en mots en actes en volumes. Le dehors et le dedans. La nuit des corps.
Les nus descendent l’escalier, des nus attachés livrés soumis, à regarder en face ou par le trou des serrures. Voyeurs, jouisseurs, mateurs et amateurs, réjouissez-vous.
Des moulages érotiques aux pages pornographiques, un vocabulaire embrasant les catégories, embrassant et dépassant les théories et écoles de leur époque respective. À des siècles d’intervalle ils se parlent par-dessus des corps dépecés, des corps possédés, ils multiplient les fantasmes et leurs interprétations. Ce miroir tendu à leur société, nous le regardons, avec appréhension, avec délice, avec incompréhension. Il nous montre le passé, le présent, tous les présents, mais aussi le futur.
Les formes littéraires et plastiques sont déshabillées, singulièrement traitées, avant d’être parées pour des siècles et des siècles. Ici et là, les nus vont vite.
Exil et dérivé, un autre continent, une cellule quatre murs, ailleurs, isolés estrangers, une nouvelle identité, un langage dérobé. Précis.
Duchamp l’écrivain, ses préparatifs tant écrits, Sade l’artiste, ses écrits tant dessinés gravés interprétés.
Chacun devenu adjectif, il faut bien cela pour écrire le monde, décrire le monde, penser le monde. Deux mots de plus, deux œuvres de plus, deux univers de plus, Marcel et le Marquis, Duchamp et Sade, Duchamp était-il sadien, Sade aurait-il été duchampien, duchampiste, transformons tout en -isme, que l’érotisme soit la base et le sommet de ces deux vies, de ces deux œuvres infinies, infiniment complexes, infiniment riches.

Marcel Duchamp. La peinture, même
du 24 septembre 2014 au 5 janvier 2015
Centre Pompidou

Sade. Attaquer le soleil
du 14 octobre 2014 au 25 janvier 2015
Musée d'Orsay